Ma réflexion sur la mode

Hello, dans cette série d’articles je vais aborder différentes notions et mes reflexions liées à la mode. J’espère que ces articles vont te permettre d’y voir un peu plus clair concernant cette industrie qui peu paraitre un peu abstraite et complexe. Je vais notamment abordées les sujets de la fast-fashion et de la slow-fashion parmi tant d’autres. Et aujourd’hui nous allons parler de la mode en général…

La mode vestimentaire, désigne la manière de se vêtir conformément au gout d’une époque dans une région donnée. C’est un phénomène qui implique le collectif et la société, le regard qu’elle renvoie, les codes qu’elle impose et le gout individuel. La mode concerne le vêtement, les accessoires mais aussi le parfum et même les modifications corporelles. La recherche esthétique, le rang social, le pouvoir d’achat, la personnalité sont des facteurs qui déterminent la mode. La caractéristique principale de la mode c’est son changement continuellement, incitant à renouveler le vêtement avant même qu’il ne soit usé ou inadapté.

 

La mode “un phénomène social” qui résulte de l’occident, où nous devenons la référence de notre société. S’habiller ce n’est pas associer librement des vêtements mais de les combiner selon des règles dicter par notre société. La naissance de la mode est apparue à la naissance de la société bourgeoise, à la Renaissance. Ils avaient pour désir de remettre en cause l’aristocratie et voulaient signifiaient par leurs vêtements et accessoires leurs luxures, leurs puissances politiques, économiques et sociales et poussant donc l’aristocratie à faire de même.

 

Photo by Artem Beliaikin from Pexels

 

La mode c’est le mélange des domaines artistiques, économiques, politiques, sociologiques … Et touche à des questions d’expression de l’identité sociale. Choisissons-nous nos vêtements parce qu’ils nous plaisent et que c’est notre style ou bien suivons-nous les décisions de la mode, de la consommation et du conformisme sociale ? Elle occupe une place centrale dans nos vies car elle nous permet de définir notre identité sociale.

 

La mode fait la corrélation entre notre corps et les matières, les formes. Elle se transforme en signe d’appartenance, de séduction mais aussi d’exclusion voir de haine. Plaire et déplaire, être semblable ou différent, tant de sentiment que nous ressentons en public comme en privée. Cependant, la mode a souvent été considérée comme superficielle ou encore l’expression d’une manipulation sociale visant à soutenir la consommation.

 

Aujourd’hui, l’industrie de la mode et du luxe sont des activités majeures, elles représentent près de 6% de la consommation mondiale (tout secteur confondus), avec 1400 milliards d’euro en 2008. En comparaison, l’automobile représente un peu moins de 4% de la consommation mondiale et la télécommunication et les services ne représentent que 3%. Par son importance économique et son omniprésence dans l’économie et la société, la mode est un sujet intéressant pour les industries ce qui fait d’elle un fait social total. La mode est une industrie produisant des styles qui sont caractérisée par des changements réguliers et non cumulatifs.

Photo by Godisable Jacob from Pexels

 

Au-delà de cette influence économique, la mode est un objet social singulier et quotidien et qui peut permettre aux créateurs de dévoiler au monde entier, leurs talents. La mode vestimentaire présente une particularité bien spécifique qui est la séparation des genres masculins et féminins, avec chacune des filières de fabrications et des tendances différentes et qui leurs sont propres. Il y a tout de même une croissance économique plus importante pour la mode féminine que pour la mode masculine.

 

Notre ethnographie nous dicte notre façon de s’habiller, avec les traditions, les religions, les influenceurs et les marques. S’habiller ce n’est pas associer librement des éléments, avec une infinité de possibilités mais de les combiner selon des règles, avec des contraintes de coutumes, de prix, de gouts, d’époque. D’ailleurs selon les déceins la mode change énormément, la société prescrit ou au contraire proscrit certain vêtements, certaines conduites. Comme dans les années 1920, la mini-jupe fait ses débuts, mais n’est pas appréciés et tombe à l’oubliette, nous la retrouverons que bien plus tard, en tant que star des podiums en 1964 grâce à Mary Quant. Toute est une question de décennies et d’ethnographie.

Mais la mode a aussi permis de libérer des catégories de population qui étaient figé dans un rôle sexuel et social comme avec le pantalon tailleur d’Yves Saint Laurent dans les années 1960, mais aussi avec Jean Paul Gaultier qui dans les années 1980 efface les différences entre les hommes et les femmes avec une mode androgyne. Et aujourd’hui, avec la « fast fashion » et l’offre immense, nous inspirons et nous nous inspirons des mouvements contradictoires de notre société. Nous savons ce qui nous va et au contraire ce qui ne nous vas pas et nous comparons marques, produits, services et prix. Nous choisissons de nous ressembler ou de nous étonner.

By Burst- Pexels

 

Cependant, même en essayant d’être original, nous nous rendons compte que d’autres que nous s’habillent de la même façon. C’est ce que nous appelons le déterminisme sociologique. Nos choix sont influencés par des logiques sociales d’appartenance et de reconnaissance. Nos tenues nous sont dictées par notre travail, notre position sociale, notre culture, notre tribu. Finalement nous pouvons dire que l’originalité ne l’est pas vraiment car elle est le résultat de notre personnalité et du lieu où nous sommes.

 

Choisir nos vêtements est un acte qui n’est pas innocent, quand trouver un style, c’est trouver un clan, mais nous pouvons être rejetés si nous ne sommes pas en accord avec notre tribu. Pour éviter cette exclusion, nous nous fondons dans le groupe, dans notre tribu. Trouver un style c’est trouver un clan, partager leurs idéologies, leurs façons de voir la vie, c’est suivre un groupe sans que notre libre arbitre intervienne de peur de casser les codes, choquer.

 

Le vêtement peut être considéré comme un langage, puisque qu’il en dit long sur l’individu qui le porte. En ce sens, il fait partie de la construction de l’identité. Malgré notre liberté de choix, nous nous retrouvons coincé dans certain mouvement dû à cette quête d’identité peut nous mener à renoncer à notre individualité. Nous ne sommes pas vraiment libres de nos choix. Cette identité que l’on nous croit propre nous est imposée. Nous obéissons aux diktats imposés par la mode vestimentaire.

Photo by Andrea Piacquadio from Pexels

 

La mode, dû à la mondialisation, fait partie des flux commerciaux de marchandises. Il est très difficile aujourd’hui de défendre notre dignité et notre liberté de notre propre image, de la singularité de notre corps et de nos désirs car elle est devenue un secteur de communication parmi tant d’autres. Nous ne sommes pas vraiment libres, puisque nous obéissons aux diktats d’une économie de marché, servie par la publicité, les stratégies marketing.

 

La publicité s’appuie sur des célébrités afin que leurs auditeurs et consommateurs s’identifie à ces stars. Quant aux marketings, les équipes descendent dans la rue afin de recruter des nouvelles silhouettes qui représenteront et feront vendre leurs marques. Nos besoins d’identification sont donc exploités, il nous est difficile de nous définir, d’exprimer, notre identité propre. C’est ainsi qu’en pensant faire nos propres choix, nous ne faisons que suivre les courants du moment, car nous ne voulons pas être rejetés, mal vu, nous nous soumettons à ces industries de la mode.

 

Mais du fait des diktats de la mode créé par notre société de consommation, nous nous retrouvons en guerre contre nous même, contre notre corps. Car aujourd’hui, la maigreur est à la mode, le challenge du “thigh gap” (écart entre les cuisses) et les canons de beautés qui sont des mannequins filiformes. Mais suivre les tendances est aussi très importants, copier le style de ces stars très célèbres, nous donnent envie de leurs ressembler aux périls de notre santé mentale et physique.

 

Photo by Godisable Jacob from Pexels

 

Il n’est pas rare dans notre société, si nous sommes différents d’attirer moquerie est jugement qui nous blessent psychologiquement et physiquement mais parfois ce ne sont pas les autres mais bien nous-même qui sommes un danger pour nous. Et s’il y a tant de personnes qui se font dû mal c’est en partie à cause de la société de consommation, de l’omniprésence des diktats de la mode mais aussi de l’importance que nous apportons à notre image vis-à-vis des autres.

 

J’espère que cette petite réflexion vous auras plus, n’hésitez pas à me dire ce que vous évoque la mode, votre ressentis envers cette industrie … Je serais ravie d’en parler avec vous en commentaire.

 

SIGNATURE-BLOG  

17 thoughts on “Ma réflexion sur la mode

  1. […] il y a quelques semaines je vous définissais la notion de mode et de tendance et aujourd’hui j’... rocklemonblog.com/la-fast-fashion-quest-ce-que-cest
  2. Esprit sain et corps sain Répondre

    Article très intéressant et je suis totalement d’accord avec ta réflexion sur la mode !

    1. rocklemonblog Répondre

      merci 😉

  3. byelodieblog Répondre

    Coucou ! Ton article est très intéressant ! Et je te rejoins quand tu parles d’influence en fonction de notre culture, notre travail, … Personnellement, je ne suis pas la “mode” au sens strict, je m’habille un peu comme j’ai envie et comme j’aime. Je ne suis pas très fan de shopping, donc je ne fais pas très souvent les magasins, et du coup je garde mes vêtements plusieurs années. Je ne suis pas vraiment les magazines de mode, je me base surtout sur ce qui m’attire et ce qui me va. Pour le reste, je laisse ça aux autres ^^ Bisous !

  4. Sandy Répondre

    Coucou ! Ta réflexion est très intéressante. J’ai, je pense comme beaucoup, cherché à suivre la mode quand j’étais plus jeune. Aujourd’hui, je craque avant tout sur des pièces qui me plaisent. Je mélange un peu les styles, et je m’éloigne de plus en plus de la “fast fashion”. Des bisous

  5. Blonde and Peonies 🌸⚜ (@MarionLsX) Répondre

    Très intéressant ta réflexion, je n’ai jamais vraiment suivie la mode, j’ai toujours eux mon propre style et à vrai dire, je n’ai jamais aimé être à la mode, j’aime bien piocher des éléments dans différentes tendances et je trouve qu’il est plus intéressant d’avoir chacun son style que de tous être habiller pareille. J’essaie aussi de consommer autrement, d’acheter moins souvent et de plus jolie pièce, d’y mettre le prix si nécessaire ou sinon de favoriser les outlet si je veux du neuf. Des bisous 🙂

    1. rocklemonblog Répondre

      Je suis totalement d accors avec toi mais ca n a pas toujours etait le cas 😁

  6. crystalcandymakeup Répondre

    Je trouve très difficile de suivre la mode, tout change tellement vite! Au final, ça coûte cher et ce n’est pas très bon pour l’environnement.

    1. rocklemonblog Répondre

      Oui je suis totalement d accords avec toi 😊

  7. Eve Répondre

    Je me détache des diktats depuis ma prise de conscience des impacts écologiques et humains de la mode mais je ne vis pas en dehors du monde donc j’essaie de consommer mieux. Je consomme moins déjà.

    1. rocklemonblog Répondre

      Tu as bien raison, je pense qu’il faut se défaire de croyance, se détacher des autres et “consommer pour soi”. Je n’achete plus de vêtements de fast fashion depuis 1ans, néanmoins les vêtements proposées par les marques de slow fashion reste un petit peu hors budget alors vive la couture et la second main 🙂 Mais c’est pour moi et ce sont mes croyances.

  8. unemamanautop Répondre

    Bonjour, merci pour ton article. J’avoue je laisse la mode de coter depuis quelques temps. 😅 Mais tu as de bonne réflexion

  9. Stephanie Berth Répondre

    Je trouve tes réflexions hyper intéressantes et rassurantes aussi pour ma part. J’ai moi-même souvent souffert des moqueries des autres quand j’étais jeune parce que j’aimais m’habiller à ma façon. Mais pas seulement, dans ma famille on avait des idées écolo avant l’heure, c’était hyper dur à vivre dans la vie des tous les jours mais je savais qu’il y avait du vrai dans nos décisions. Finalement tout continue et je suis contente de voir que beaucoup de jeunes aujourd’hui ont un esprit critique envers l’industrie de la mode. Tout en restant joyeux et en se faisant plaisir et en prendre soin de sa personne. Merci!

    1. rocklemonblog Répondre

      Oui, je pense que c’est ultra important de se détacher de la sociétés pour être soi et vivre selon ses convictions.

  10. yasmine Répondre

    coucou, je ne suis pas une fashion addict, par contre j’aime me sentir élégante
    . Même s’il y a des jours où je ne ressemble à rien , aujourd’hui je suis sortie avec un legging pour la première fois de ma vie. La mode est aussi une question de perspective.

  11. Le Temps d'un Instant Répondre

    Hello ! Très intéressant, j’ignorais pas mal de choses à ce sujet et j’admets ne pas spécialement y prêter trop attention pour Le moment mais ça me plaît ! Merci pour ce partage 😊

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.